Création

 

Création ? Qu’est ce que c’est ?

Depuis 2002, Summerlied a proposé à chaque festival la création d’une œuvre originale et contemporaine. L’objectif est le renouvellement des formes musicales ancestrales, le renouvellement de l’écriture et l’imagination de nouveaux rapports entre oralité et musique. Cela permet de mobiliser les artistes alsaciens et d’organiser des rencontres entre plusieurs générations d’auteurs et d’interprètes. Chaque création a été menée par un autre directeur artistique et des artistes différents, ce qui les rend indépendantes les unes des autres, faisant encore foi de leur incroyable originalité.

 

[tab titre=”Créations 2012-2014″ id=1]

2014

Le Rendez-vous des Voix Sauvages : Wïldi Stïmme

 

«Wildi Stimme », une idée originale pour aborder la voix et les langues autrement ! Autrement ? Les voix sauvages peuvent elles être apprivoisées ? Et puis d’abord, c’est quoi les « Wildi Stimme », ces voix sauvages ?

Autour de Maskat (chant, musiques et textes) et de Raphaël Scherr (scénario, écriture et mise en espace) avec le concours de Sylvain Marchal pour la coordination artistique, « Wildi Stimme », c’est avant tout une rencontre, une histoire humaine, autour de la création d’un spectacle qui mêle la world music, les textes et musiques à découvrir, le jazz manouche, la danse et le jeu d’acteurs, feu de joie autour de la roulotte des mots et des sons…

 

2012

Wurzle, création de Roland Engel avec Engé Helmstetter

Cette création 2012 synthétise la rencontre des chansons du répertoire populaire alsacien, réécrites par Roland Engel dans un langage et des thèmes d’aujourd’hui, la musique traditionnelle portée par Sylvain Piron et la musique tzigane avec la participation exceptionnelle du guitariste Engé Helmstetter.

 

 

[/tab]

[tab titre=”Créations 2002-2010″ id=1]

2010

Guilhem, Alaïs et l’Orchestre Oublié

Ensemble musical de la Moder
et l’Orchestre Yburg Windeck de la Ville de Bühl

Les deux orchestres dirigés par Alexandre Jung proposent un conte musical théâtralisé, un voyage et une découverte des instruments pour le jeune public mais aussi pour les plus grands qui ont souvent oublié toute l’étendue de la musique d’orchestre d’harmonie.

 

2008

Mémoires vives

Plurielles
L’assoce Pikante

Un spectacle inédit et une invitation au voyage interprêtés par 24 chanteuses et 5 musiciens, avec des arrangements de 2 compositeurs, Gunnar Ericsson, suédois, et Dimitar Gougov, bulgare, sous la direction de Catherine Fender. Un répertoire issu du folklore des régions de France et d’Alsace mis en résonance avec des airs populaires de Suède, des rivages de la Méditerranée, des Balkans, sous les influences des musiques du monde, de la musique urbaine, contemporaine, improvisée.

 

2006

Munster & Emmental

Création Philippe GEISS et Max LAESSER

Le saxophoniste alsacien Philippe GEISS et son équipe associés à Max LAESSER et Corin CURSCHELLAS, deux grands artistes suisses, pour un spectacle mettant en valeur le patrimoine musical issu de régions culturellement proches de l’Alsace.

 

2004

Doo un Dort – Ici vers ailleurs

sous la direction de Philippe Geiss
Coproduction OLCA / Festival Summerlied

Création imaginée comme une fresque de musiques et de chansons issues du patrimoine alsacien. Des arrangements et compositions originaux permettent la découverte de nouveau horizons en brisant les frontières entre les musiques.

Chaque artiste choisi pour sa richesse culturelle telles que Géraldine Keller et Virginie Schaeffer permet d’aller tantôt vers le jazz, tantôt vers les musiques de traditions orales ou plus contemporaines.

 

2002

Avec :

-les Yiddishe mamas & papas
-Géranium
-Au gré des vents
-Jean-Pierre Albrecht

Chaque formation présenta son propre programme pendant une demi-heure, dans lequel elle associa à l’occasion des chanteurs et musiciens d’autres groupes. Le concert se termina sur une partie commune réalisée par l’ensemble des seize artistes et constituée par des chansons traditionnelles alsaciennes et yiddishes.

La création qu’avait constituée ce plateau fut double dans la mesure où, au-delà de l’originalité du montage et des arrangements, elle fut également le lieu d’une rencontre entre des musiciens de langues (bas-rhinois, haut-rhinois et yiddische) et de langages musicaux différents, qui n’avaient pas eu l’occasion de travailler ensemble jusque là.

 

 

[/tab]

 

 

 

Menu