Alan Stivell

Alan Stivell, c’est d’abord une originalité totale !

Non content de faire renaître à son plus jeune âge un instrument oublié, il en dessine peu après les formes électriques.
Non content de faire fusionner la musique de ses racines avec le rock, il ne
s’arrête pas à ce mariage à deux, et puise à toutes les influences possibles : un éclectisme poussé à l’extrême.

Bien sûr qu’Alan Stivell est LE chantre de la musique celtique, et même son concepteur.

Mais ceci pourrait faire oublier qu’il poursuit la quête d’une « musique
globale ». Rien d’immodeste dans cette recherche : seulement une
attirance irrésistible et rare pour toutes les musiques, dans l’espace et le
temps.

Si on écoute ses 24 albums, difficile de ne pas y trouver les influences des
principaux genres musicaux, les références de diverses époques, de
l’antiquité aux acquis de l’électronique et l’évocation de multiples ethnies.
La culture la plus chère à son cœur reste cependant au centre de son
œuvre. D’ailleurs, une musique vraiment universelle pourrait-elle exclure la musique celtique ?

De même, sa voix navigue au gré des émotions et des envies, à travers
différents styles, différents timbres, différents âges, libérée de la pesanteur – en particulier par des placements rythmiques très personnels -.
Les mots qu’il y pose, les siens ou ceux d’autres auteurs, voyagent comme
ses musiques, comme ses voix, d’un style et d’une langue à l’autre
(jusqu’aux prononciations locales et à l’intérieur d’un même texte). Les plus cartésiens pourraient s’y perdre.

Lui-même poursuit tranquillement son chemin.
Et son public semble ne pas perdre un fil – ou une corde de harpe – qui le
lie à lui, depuis cinquante ans pour certains depuis cinq jours, pour d’autres.

C’est d’abord seul dans son studio, puis avec quelques compagnons de route, qu’Alan Stivell a concocté ce bel hommage au temps, inspiré par le
rythme des saisons et la poésie. La profonde sérénité qui s’en dégage est
portée par un “sound design” où voix, cordes, flûtes et percussions sont au service d’une musique contemplative, entre avant-folk et approche électronique innovante. Passé immémorial et modernité se rejoignent alors dans ce temps qui passe, an AMzer.

Retrouvez-le sur : http://www.alanstivell.bzh

Menu